La Bourgogne et ses Appellations
Carnet de voyage Envoyer à un amiImprimer

Mâcon-Milly-Lamartine

Toutes les appellations à votre portée

Le vignoble de Bourgogne donne naissance à de grands vins à la renommée historique et internationale.
Si les plus célèbres sont les Premiers et Grands Crus, vous découvrirez aussi de très belles appellations Régionales ou Villages qui feront voyager vos sens.

Avec 84 appellations, votre exploration ne fait que commencer !

(La Bourgogne a longtemps communiqué sur 100 AOC : il s’agit  en fait de 84 AOC auxquelles avaient été ajoutées les Dénominations Géographiques Complémentaires de l’AOC Bourgogne).

Information sur la classification des appellations

Mâcon-Milly-Lamartine

Couleur / cépage

Vins blancs, cépage Chardonnay.
Vins rouges et rosés, cépage Gamay.

Caractères des vins

Les vins blancs de Mâcon-Milly-Lamartine présentent des profils nuancés, reflétant la diversité de son terroir. Le vin arbore souvent une couleur jaune doré brillant. Son nez peut s’avérer très flatteur, voire solaire, par sa générosité aromatique : arômes de fruits à chair jaunes (abricot, pêche) se mêlent à quelques notes de fruits exotiques (mangue). En bouche, il apparaît structuré : matière et volume sont contrebalancés par une finale assez vive.

D’un beau grenat très intense, le Mâcon-Milly-Lamartine rouge issu du cépage Gamay offre des saveurs gourmandes de petits fruits rouges et noirs (fraise écrasée, cerise, myrtille), alliées à des arômes de fleurs de pivoine. Velouté en bouche, de par ses tannins bien arrondis, la finale s’avère croquante et légèrement épicée.

Conseil du sommelier

Blanc : Par son caractère aromatique solaire et sa  souplesse en bouche ce vin s’accordera naturellement avec les fromages de chèvres à pâte fine et croûte fleurie à l’affinage mi-sec : le traditionnel AOC Mâconnais ou son voisin Charollais pour un apéritif du terroir. Poursuivez avec des émincés de volaille de Bresse grillés ou une friture de Saône. Au-delà de l’accord, ce vin blanc sublimera les plats locaux  de poissons d’eau douce (carpe des Dombes au vin blanc, pochouse de Verdun sur le Doubs).
Températures de service : 10 à 11°C à l’apéritif, 11 à 12°C durant le repas.

Rouge : par son opulence aromatique et sa bouche charnue, il s’accordera remarquablement avec les viandes fibreuses (ravioles de canard, côte de bœuf braisée du Charollais). Pour les plats marinés au vin, on choisira d’autant plus un millésime réputé chaud (par exemple 2018) qui gommera ainsi l’acidité de la sauce : on appréciera alors une alliance goûteuse équilibrée de ce vin accompagné d’un bœuf bourguignon ou d’une meurette d’escargots. En fin de repas optez pour un fromage de vache de Bourgogne à croûte lavée peu affiné ou même sec (palet de Bourgogne, cendré de Vergy) de façon à ménager la fraicheur du Gamay.
Température de service : 14 à 15°C.
 

Situation

Situé à l’ouest du plus long des chaînons calcaires qui va du nord de Tournus à Fuissé au sud, le vignoble de Milly-Lamartine occupe les derniers versants occidentaux du Mâconnais. Dans sa partie méridionale, il respecte les limites du village, où commencent les aires de Mâcon-Pierreclos et de Mâcon-Bussières.

Poète, historien, homme politique et Maire de Milly en 1812, la renommée de Lamartine, enfant du pays, participe de la notoriété, notamment viticole, du village. Ainsi, Milly associe son nom à celui de Lamartine par décret, en 1902. S’autoproclamant lui-même « grand vigneron », le poète se consacre à son domaine familial.

Sa Terre natale, qu’il évoque dans ses écrits, a vu passer avant lui les puissants Barons de Berzé-le-Châtel et a reçu les visites régulières de l’abbé de Cluny, Hugues de Semur. Lamartine pousse encore plus loin la passion lors de son voyage en Orient en 1832. Il arrose alors solennellement la Terre Sainte du Jardin des Oliviers de vin de Milly.

Terroirs

Autour de Milly-Lamartine et à Sologny, le vignoble, sous l’influence de la fraîcheur des premières hauteurs du Mâconnais, se répartit sur des coteaux exposés au soleil levant, situés entre 287 et 380 mètres d’altitude. Au pied du Monsard, les vignes exposées au nord-est s’étagent de 275 à 330 mètres. Au-delà du cours du Fil et des grandes voies de communication, le parcellaire, plus éclaté, s’accroche aux plus chauds versants, entre 350 et 400 mètres d’altitude : orientation sud-ouest à Berzé-la-Ville et plein sud près du château de Berzé-le Châtel.

Au pied du Monsard (407 mètres), de la Roche Coche (456 mètres) à Berzé-la-Ville et à Berzé-le-Châtel, les sols aux marnes gris sombre, peu calcaires, riches en fer et assez argileuses sont parsemés de couches caillouteuses. A Sologny, les vignes reposent sur les argiles du Trias (- 230 millions d’années). À l’ouest de Milly, les pentes du Mont Cras (506 mètres) présentent l’éventail des sols marno-calcaires issus du Bathonien (- 168 millions d’années).

Au Cœur des Terroirs de Mâcon-Milly-Lamartine

En bref

  • Catégorie

    Appellation Régionale

  • Région viticole

    VIGNOBLE DU MÂCONNAIS

  • Information

    Dénomination géographique complémentaire de l’appellation Régionale « Mâcon » dans le Mâconnais. Depuis le décret de 2005, le nom de Mâcon suivi de Milly-Lamartine désigne les vins blancs, rouges et rosés issus de l’aire délimitée à l’intérieur des villages de Berzé-la-Ville, Berzé-le-Chatel, Milly-Lamartine et Sologny.

  • Superficie en production

    Superficie en production :
    Blancs : 46 ha
    Rouges : 9 ha
    Rosés : 0.4 ha

    *Source : moyenne 3 ans 2016-2018

This text will be replaced
This text will be replaced

Découvrez Bourgogne Maps, l'atlas intéractif

Top
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération