La Bourgogne et ses Appellations

Mâcon-Cruzille

Toutes les appellations à votre portée

Le vignoble de Bourgogne donne naissance à de grands vins à la renommée historique et internationale. Pourtant, la Bourgogne ne se résume pas à ses appellations iconiques. A côté des AOC Villages Premiers Crus et Grands Crus, vous découvrirez, dans notre classification, de très belles appellations Régionales ou Villages qui feront voyager vos sens.

La liste des Climats et lieux-dits du vignoble de Bourgogne est également disponible à partir de cette page.

Grâce à cet outil, découvrez les 84 appellations bourguignonnes (voir la liste complète).
Mais, votre exploration ne fait que commencer ! Les vins de Bourgogne n’ont jamais atteint une aussi belle qualité que maintenant : à côté des grandes appellations « références », n’hésitez pas à vous aventurer du côté des appellations « découvertes » qui n’ont pas fini de vous surprendre !

Pour une exploration ludique, testez notre quizz « quel Bourgogne est fait pour vous ? » ou visitez Bourgogne Map, avec ces cartes interactives.

  • Catégorie

    Appellation Régionale

  • Région viticole

    VIGNOBLE DU MÂCONNAIS

  • Couleur / cépage

    Vins blancs, cépage Chardonnay.
    Vins rouges et rosés, cépage Gamay.

     

  • Superficie en production :
    Blancs : 31 ha
    Rouges : 10 ha
    Rosés : 0.4 ha

    *Source : moyenne 3 ans 2016-2018

  • Dénomination géographique complémentaire de l’appellation Régionale « Mâcon » dans le Mâconnais. Depuis le décret de 2005, le nom de Mâcon suivi de Cruzille désigne les vins blancs, rouges et rosés issus de l’aire délimitée à l’intérieur des villages de Grevilly, Martailly-lès-Brançion et une partie de Cruzille.

Caractères des vins - Mâcon-Cruzille

Caractères
des vins

A l’image de sa superficie et de sa topographie variée, le vignoble de l’AOC Mâcon-Cruzille présente deux profils de vins blancs.

Bel or jaune clair aux reflets argentés, le premier est vinifié et élevé en cuve, offrant un nez ouvert sur la gamme fruitée des vins du Mâconnais central (fruits du verger, pomme, coing, pêche) allié aux arômes floraux printaniers (acacia, aubépine, chèvrefeuille). L'attaque est sincère sans être acide, il s’avère onctueux et gras.

D’une robe or jaune, l’autre répond à une tradition d’élevage en fût, diffusant, dans la première jeunesse du millésime, des arômes empyreumatiques et lactiques (beurre) évoluant avec l’âge vers une complexité faite de fragrances épicées (réglisse, cannelle) et végétales (thé, verveine, thym). Plutôt minérale, la bouche évoque la craie, la pierre à fusil et, parfois, l’iode.

D’un grenat profond, les vins rouges offrent régulièrement une sensation juteuse, tant au nez qu’à la bouche, rappelant les arômes du moût en fermentation et les petits fruits rouges (myrtilles, framboises). Cet aspect croquant est relevé par des notes épicées (poivre noir, muscade), parfois même tourbées.

Avec la maturité, le vin « pinote » à la manière des Bourgogne rouge, notamment lorsqu’ils sont élevés en fût de chêne. Ils expriment alors le menthol, parfois l’eucalyptus, toujours sur une trame gustative friande.

Conseil du sommelier - Mâcon-Cruzille

Conseil
du sommelier

Blanc : pour une association toute en complémentarité étant donné la vivacité fréquente en bouche de ce vin, choisissez en entrée une tourte aux poireaux ou des verrines de risottos aux recettes crémeuses. Laissez ensuite sa trame acidulée trancher avec le beurre persillé des fruits de mer à la plancha (couteaux), des huîtres gratinées et des fameux escargots de Bourgogne.
Températures de service : 10 à 11°C à l’apéritif, 11 à 12°C durant le repas.

Rouge : Servez ce vin rouge un peu frais lors d’un mâchon bourguignon chic à l’heure du brunch. Son nez épicé et sa structure friande accompagnera à merveille les dés de jambon persillé de Bourgogne, la charcuterie briochée (brioche aux griaudes du Morvan) accompagnée d’une salade du jardin. Côté sucré dégustez le sur des salades de fruits rouges d’été (groseilles ballon, groseilles, cassis, framboises) servies avec leur biscuit à la cuillère.
Température de service : 12 à 14°C.

Situation - Mâcon-Cruzille

Situation

Au nord de la longue vallée d’Igé-Azé-Bissy-la-Mâconnaise, la délimitation de la dénomination géographique Mâcon-Cruzille prolonge en continuité les coteaux de Mâcon-Lugny jusqu’au village de Royer, où débute le vignoble de Mâcon-Mancey. À l’est, l’aire d’appellation inclut également le flanc oriental du court chaînon de Lugny, de part et d’autre du village de Grevilly.

Bien que les Vignes du Maynes (comprendre « Moine ») nous rappellent la présence clunisienne, Cruzille, son château et ses hameaux relèvent, dès le 10ème siècle, du Comté de Chalon et du Duc de Bourgogne. Affermissant sa suzeraineté, ce dernier acquiert la vieille forteresse de Brancion en 1259.

Cette limite féodale entre Mâconnais et Chalonnais coïncide avec une influence architecturale nord bourguignonne plus perceptible en cette partie septentrionale du Mâconnais. Sur les maisons, les toits en bâtière raides et aux tuiles plates remplacent peu à peu les toits en pente douce aux tuiles creuses, dites « canal » ou « romaines ».

Le paysage reflète davantage la polyculture et les forêts gagnent en superficie. Refuge du Maquis, les Bois de Buis et de la Fà constituent par ailleurs des haut-lieux de la Résistance entre 1942 et 1945.

Terroirs - Mâcon-Cruzille

Terroirs

En cette vallée ouverte au sud et au nord, le vignoble bénéficie des conditions climatologiques du Mâconnais central, à la pluviométrie (860 mm/an) et à l’ensoleillement (1 800 heure/an) inscrits dans la moyenne mâconnaise.

De part et d’autre de la combe de Sagy, les vignes occupent le versant au soleil levant, entre 290 et 370 mètres d’altitude, jusqu’au col de Brancion au nord (354 mètres), en surplomb de la vallée bocagère du Grison. Aux mêmes altitudes, le relief à l’est alterne coteaux au couchant (les Crays) et replats (la Belouse, le Chanay), jusqu’en lisière des crêtes boisées.

A l’ouest de Cruzille et Martailly, la vigne souffre (dans le bon sens du terme) sur le socle marno-calcaire du Jurassique moyen (- 167 millions d’années) aux sols minces (moins de 50 cm par endroit) et fossilifères (mollusques Pholadomyes).

Parallèlement, les plateaux, aux sols plus frais et de profondeurs variables, offrent une alternance de calcaires fins et de marnes aux couleurs allant du bleu au saumon.

Le coteau de Grevilly, exposé au couchant, présente des marnes du Lias (- 180 millions d’années). Ces sols ferrugineux peu fossilifères emmagasinent la chaleur des journées d’été, ce qui est favorable, notamment pour les cépages rouges.

Au Cœur des Terroirs de Mâcon-Cruzille

Rechercher sur la map
This text will be replaced
Top
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération