Servir mon vin
Carnet de voyage Envoyer à un amiImprimer

Le millésime

Le millésime. De quoi s’agit-il ?

l'influence du millésime en Bourgogne


Le millésime est tout simplement l’année de naissance d’un vin. Les raisins dont est issu un millésime, ne peuvent provenir que de cette seule année. Pas de mélange. Les vins de Bourgogne par tradition, indiquent pratiquement toujours le millésime sur l’étiquette. Ce qui veut dire qu’en Bourgogne, on n’assemble pratiquement jamais les vins de plusieurs millésimes.


Comme la climatologie de la Bourgogne varie beaucoup, la qualité des raisins et donc des vins est très différente d’une année à l’autre. Ainsi, on peut avoir des vins de Bourgogne blancs plus secs et plus vifs une année ou plus ronds et plus exubérants l’année suivante. De même, les vins rouges peuvent être plus ou moins taniques, plus ou moins colorés ou plus ou moins fruités suivant les années.


Le style ou le profil des vins étant différent, on a également des capacités de vieillissement différentes d’un millésime à l’autre.


À noter que pour le Crémant de Bourgogne, la tradition est celle de l’assemblage de plusieurs cuvées et de plusieurs millésimes. L’individualisation d’un millésime reste un choix optionnel, réservé aux années climatiques exceptionnelles. 
 

 

Quand les boire ?

Quand ouvrir ma bouteille de Bourgogne


D’une manière générale, les vins de Bourgogne donnent le maximum de plaisir après 3 à 5 ans où le fruit et les saveurs atteignent des sommets. Au-delà, le vin entre dans sa maturité entre 5 et 8 ans, puis dans le vieillissement… Il y a les amateurs de vins jeunes et les amateurs de vins vieux…


Il va de soi que la qualité d’un vin est différente suivant son niveau dans la classification. Un grand cru sera toujours plus équilibré, plus distingué, plus fin, plus long qu’un vin d’appellation régionale. L’appréciation du millésime et sa capacité de vieillissement sera donc  différente selon le niveau du vin dans la classification des vins de Bourgogne. 
 

 
Module à votre disposition

Les huit derniers millésimes

► 2017 : la météo a été très contrastée selon les mois et les secteurs, en particulier pour la pluviométrie. Dès le début du cycle, il fait chaud, avec un ensoleillement excédentaire. La vigne pousse donc vite, très vite ! La pluie joue les grandes absentes, avec parfois un retour brutal sous forme d’averses orageuses, apportant des cumuls importants. Les conditions climatiques du premier semestre, globalement chaudes, ensoleillées et sèches tiennent les maladies éloignées du vignoble, permettant d’obtenir des raisins parfaitement sains et mûrs.

- Les vins blancs : du nord au sud de la Bourgogne, l’avis est unanime : 2017 révèle l’une des plus élégantes expressions du Chardonnay, avec des vins parfaitement équilibrés, très aromatiques au nez. La fraîcheur se ressent par des notes d’agrumes et de fruits blancs. En bouche, la minéralité et la tension viennent équilibrer cette riche palette fruitée.
- Les vins rouges : des couleurs intenses et éclatantes, rouge rubis ou grenat. Dès le premier regard, ces vins donnent envie de les goûter ! Les notes de petits fruits frais rouges ou noirs de ces vins, très expressifs, invitent également à la gourmandise. La justesse des équilibres en bouche, associée à des tanins soyeux, crée un ensemble très harmonieux, subtil et sans opulence.
- Les crémants : Le Chardonnay offre un bel équilibre, alliant fraîcheur et richesse aromatique. L’acidité est présente, mais sans excès, donnant de la légèreté en finale. Les vins de Pinot Noir sont fruités, avec en bouche, de la structure et une belle longueur.
 

► 2016 : Les évènements climatiques du printemps ont amputé la récolte, qui sera sans doute parmi les plus faibles de ces 20 dernières années. Ils n’ont heureusement pas empêché d’élaborer des vins à la hauteur des attentes des amoureux de la Bourgogne.

- Les vins blancs présentent une belle tension et une matière riche, qui s’expriment pleinement dès les premiers mois d’élevage. La palette aromatique, marquée par les fruits blancs, devrait s’enrichir au cours des toute prochaines années.
- Les vins rouges ont des couleurs intenses, d’un rouge profond et éclatant. Le nez se révèle peu à peu. La bouche, fraîche et tendre, confirme cette première impression, soutenue par une belle ampleur. Ce sont des vins de plaisir, friands et gourmands.
- Les Crémant de Bourgogne présentent les caractéristiques de leurs terroirs, avec un juste équilibre basé sur une acidité présente sans excès. Toute la palette aromatique du Chardonnay se retrouve : depuis les arômes plus minéraux sur le vignoble de l’Auxerrois jusqu’aux notes de fruits blancs et fleurs blanches dans le sud de l’appellation. Le Pinot Noir donne des vins fins et souples, aux arômes de fruits rouges (cerise). Le cépage Gamay est très expressif, avec une saveur acidulée.

 

► 2015 : grâce à un été très chaud et à des conditions climatiques favorables, la récolte est peu importante, mais de très grande qualité. 2015 est un excellent millésime qui fera date.

- Les vins blancs sont riches et  amples. Dès le début de l’élevage, ils montrent un bon potentiel de garde.
- Les vins rouges sont colorés, équilibrés, charnus. Un millésime de grande classe.

 

► 2014 : année marquée par un été humide et quelques orages de grêle. Heureusement, septembre, sec et venteux, sauve la vendange.

- Les vins blancs sont souples et friands, marqués par une acidité rafraîchissante et par des arômes d’agrumes très attrayants. Agréables dès les premiers mois, ils ont néanmoins de bonnes aptitudes au vieillissement.
- Les vins rouges sont fruités, élégants. Ils évolueront agréablement au cours des toutes prochaines années.

 

► 2013 : Printemps humide et froid. Été orageux avec des épisodes de grêle. La maturité est tardive avec des vendanges fin septembre peu abondantes.

- Les vins blancs sont fruités, dotés d’une minéralité bien présente. Le potentiel de garde des Premiers et Grand Crus est réel.
- Les vins rouges ont une robe d'un rouge rubis intense et se montrent particulièrement flatteurs. Ronds et frais ils s’épanouissent rapidement.

 

► 2012 : gel, grêles locales, coulure et millerandage sont à l’origine de petits rendements. Après un début d’été instable, la maturation se termine dans de bonnes conditions.

- Les vins blancs montrent une remarquable qualité d’ensemble, avec de belles concentrations et une complexité aromatique indéniable.
- Les vins rouges sont fruités et épicés, de belle ampleur, avec une acidité fraîche et plaisante. Ils ont du corps et une belle trame tannique.

 

► 2011 : printemps précoce suivi d’un été perturbé. Les vendanges sont triées avec grand soin.

- Les vins blancs sont aromatiques, dominés par des notes de fruits mûrs, avec une belle vivacité en bouche et une bonne tenue.
- Les vins rouges sont également aromatiques et bien structurés. Bénéficiant d’une charpente aux tanins tendres et soyeux.

 

► 2010 : après un début de printemps chaud, l’été s’avère frais et peu ensoleillé, le beau temps revient en septembre et octobre. Les petits volumes sont compensés par une superbe qualité.

- Les vins blancs sont très aromatiques, fruits mûrs et fruits secs. Bouche, vive, ample et consistante.
- Les vins rouges sont fermes et tanniques, avec une acidité équilibrée. Nez expressif de petits fruits rouges et de baies noires.
 

 
Top
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération
Climat du vignoble de bourgogne patrimoine mondial